mercredi 25 janvier 2012

119


Je regardais ce soir sur la 5 l’émission « Enquête de santé » : SOS enfants maltraités.

Enquête pertinente et touchante, l’approche à la fois médicale, sociale et juridique donnait le ton. On y va, on met les pieds dans le plat afin d’éviter de s’en servir pour botter les fesses de ces petits innocents.

Je suis secouée, cela raisonne en moi !

Soudain, des larmes à la vue de cette petite fille de 5 mois victime du syndrome de l’enfant secoué. Je reste figée. La petite fille en moi est solidaire, elle compatit, comprend et espère.

Cette problématique reste encore tabou. Evidemment, cela dérange ! Et si on se trompait ? Comment imaginer qu’un parent puisse faire du mal à son enfant, en abuser sexuellement, lui faire subir des sévices corporels, le traumatiser, abuser de sa confiance, sa crédulité ?

A priori, les langues se délient petit à petit, les professionnels de la santé sont mieux formés, l’opinion publique s’indigne et même le 7ème art s’intéresse au sujet avec la sortie en 2011 du film "Polisse" de Maïwenn, plébiscité et encensé par la critique.

Ca résonne toujours en moi, me met en émoi ! 

Il y a quelques jours, j’ai vu un homme fumer comme un pompier en toute quiétude, il tenait fermement contre son torse un bébé de quelques mois. Une grande colère s’est emparée de moi, une grande déception et cette impuissance inqualifiable.

Dans l’étymologie, le mot « enfant » signifiait chez les Romains « celui qui ne parle pas ». Mais est-il condamné à souffrir en silence

Etait-ce de la maltraitance ? Comment évaluer la maltraitance ? Ce n’est pas évident !!
Et puis il y a cette jeune femme, témoin touchant, très digne, allant toujours vers la lumière, vers la santé, vers la vie.

Elle a été battue pendant des années par son père et un jour un « témoin lucide* » – son infirmière scolaire- l’a aidé à sortir de cet enfer.

J’espère surtout que ces sujets seront un jour mis en évidences dans des pays très conservateurs où la démocratie se fait porter pâle et la parole muselée. Là où frapper des enfants, les humilier est toujours considéré comme un moyen de les éduquer, de les taquiner parfois. Des enfants maltraités ? Vous rigolez !!!

C’est un détail, pas un problème. Un jeu, pour faire parfois comme les anciens, par mimétisme.

J’ai vu dans cette société là cette violence passée sous silence : une copine de classe giflée devant tout le monde par son grand frère pour avoir eu quelques minutes de retard, une parole déplaisante, il m’ordonnait de baisser la tête quand mon regard le foudroyait ; les cris étouffés du petit voisin souvent secoué par sa mère car ses tables de multiplications « ne rentraient pas dans sa tête » et cette petite cousine frappée sur la bouche pour avoir ri trop fort.

Je comprends peut-être enfin ce soir pourquoi je suis tant touchée. 

* Alice Miller Notre corps ne ment jamais, (Die Revolte des Körpers, 2004) Flammarion, 2004
 

1 commentaire:

  1. Un bel article et une référence essentielle, Alice Miller
    Bien à vous

    RépondreSupprimer